Mgr Nasser GEMAYEL, l’évêque des maronites en France est visé par une plainte pour fausses déclarations, diffamation publique et atteinte à l’honneur et à la dignité de Sa Sainteté Benjamin Premier, Pontife Général de l’Église de l’Unité

L’évêque Nasser Gemayel auteur des fausses déclarations

Monsieur le Procureur de la République

Tribunal de Grande Instance de Paris

220 PARVIS DU TRIBUNAL

75859 Paris Cedex

Concerne :     ​Diffamation publique et atteinte à l’honneur et la réputation de Jean ABBOUD, en religion BENJAMIN PREMIER, Pontife Général de l’Eglise de l’Unité, (cf. Pièce 01).

Madame, Monsieur le Procureur de la République,

J’ai l’honneur de déposer plainte pour calomnie et diffamation publique contre le dénommé Maroun Nasser Gemayel, Evêque des Maronites de France et le Substitut du Procureur de la République de Dax pour diffamation publique ; atteinte à l’honneur et la dignité d’autrui ; faute professionnelle et grave violation de la présomption d’innocence faite publiquement par un magistrat français.

Dans le cadre d’une dénonciation calomnieuse déposée à mon encontre par le dénommé Michel SAFFROY (cf. pièce 02) et son fils Florian SAFFROY (cf. Pièce 03), l’évêque démissionnaire de Dax, Mgr Hervé GASCHIGNARD, a été entendu sous serment le 15 juin 2015 par un Officier de Police Judiciaire.

Durant cette audition il déclara ce qui suit :

« En novembre 2014, à l’assemblée des évêques de France, j’ai rencontré Monseigneur GEMAYEL, l’évêque des Maronites en France, auquel j’ai demandé s’il connaissait « Mgr Jean ABBOUD », de l’église Melkite, qui résiderait à Bruxelles. — Mgr Nasser GEMAYEL a passé quelques coups de fil, et il m’a ensuite dit que « Jean ABBOUD » était un « escroc dangereux », très négatif. Il me disait que les clignotants étaient « au rouge », ce qui voulait dire qu’il fallait faire très attention. Il m’a dit qu’il avait déjà eu des ennuis judiciaires avec une congrégation religieuse. Je n’ai pas posé plus de questions (cf. Pièce 04). »

Madame Solenne MOTYL, Vice-Président chargé de l’instruction au Tribunal de Grande Instance de Mont-de-Marsan a ordonné une commission rogatoire au Liban pour vérifier les faits qui me sont reprochés.

Par courriel du 25 juillet 2016, la réponse est arrivée du Liban dont détail : « ABBOUD Jean, fils de Ibrahim et de Hind, né le 18/10/1960 à Aïdamoun Akkar, de nationalité Libanaise est inconnu des fichiers de la justice Libanaise, et n’a pas d’antécédents judiciaires dans ce pays » (cf. Pièce 05).

Monseigneur Nasser GEMAYEL, l’évêque des Maronites en France a été démasqué en ce qui concerne ses affirmations.

En ce qui concerne les « ennuis judiciaires avec une congrégation religieuse », j’ai été reconnu innocent par les autorités judiciaires libanaises et les Religieuses Basiliennes Chouérites ont été condamnées (cf. Pièce 06).

Le substitut du Procureur de la République de Dax s’est servi des paroles diffamatoires de Monseigneur Nasser GEMAYEL,le 27 mai 2019, pour demander au Tribunal de me faire condamner.

En revanche, ce substitut n’aurait jamais dû pouvoir ignorer le rapport joint des autorités libanaise, qui, je rappelle, prouve irrévocablement mon innocence et par conséquent, rend nul TOUTES les accusations diffamatoires de l’évêque Nasser Gemayel ET du substitut du Procureur de la République de Dax. 

Qui plus est, le dudit substitut a eu la possibilité d’être reprispar la presse française et internet, mettant à la vue de tout un chacun, des déclarations diffamatrices, malhonnêtes et infondées, entachant gravement mon honneur, ma dignité et mon intégrité !

En conséquence, je porte plainte contre l’évêque Nasser GEMAYEL et ce Substitut du Procureur de la République de Dax, pour diffamation publique ; atteinte à l’honneur, à la dignité et à l’intégrité d’autrui ; faute professionnelle et grave violation de la présomption d’innocence faite publiquement par un magistrat français.

Vous remerciant de bien vouloir m’informer des suites que vous donnerez à cette affaire, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur le Procureur de la République, l’expression de mes salutations distinguées.

Jean ABBOUD, Pontife Général de l’Eglise de l’Unité