Sa Sainteté Benjamin Premier Abboud vient de promulguer les nouvelles Règles constitutionnelles révolutionnaires qui ne laisseront aucun ecclésiastique indifférent

Introduction

L’Église de l’Unité est la dénomination officielle de notre Sainte Église.
Elle se réfère à l’Église telle qu’elle est décrite dans les actes des Apôtres.
C’est l’Église qui confirma la foi apostolique et la répandit sur toute la terre.
L’Église de l’Unité est fondée sur le Verbe, sa Tête, et sur Marie, la Vierge Immaculée, notre Mère.
Elle a pour mission l’unité Eucharistique des Églises et la restitution du sacrement de l’Ordre aux Eglises non apostoliques.

DISPOSITIONS GÉNÉRALES
Article 1

L’Église de l’Unité est l’Église qui se réfère à l’Évangile comme une des sources de vérité.
Article 2
Le Chef de l’Église de l’Unité est le Président des Saints Synodes ; il est l’administrateur général de toutes les questions religieuses et administratives de cette Église.
Article 3
L’Église de l’Unité est dotée d’un Tribunal Suprême ; l’autorité judiciaire de son Premier Président s’étend sur toutes les officialités de l’Église.
Article 4
La séparation des pouvoirs vise la protection de ceux qui exercent avec indépendance totale les pouvoirs administratif, judiciaire et social dans l’Église de l’Unité.
Article 5

Le Premier Président ou le Président d’une chambre ou l’Official, s’il est évêque diocésain, doit confier le traitement canonique des dossiers de ses fidèles à un autre Juge.

CHAPITRE I
LES DEGRÉS SACERDOTAUX DANS L’ÉGLISE DE L’UNITÉ

Article 6

Les trois degrés sacerdotaux sont l’épiscopat, la prêtrise et le diaconat.
 L’épiscopat comprend :

  1. le Pontife Général (Sa Sainteté)
  2. Les Patriarches (Sa Béatitude)
  3. Les Métropolites (Sa Béatitude)
  4. Les Cardinaux (Son Éminence)
  5. les archevêques (Son Éminence) et
  6. les évêques (Son Excellence) ;

 La prêtrise comprend :

  1. les Prélats chefs des Prélatures (Monseigneur),
  2. Les Archimandrites (Monseigneur),
  3. Les Pères Abbés des Monastères (Monseigneur s’il est Abbé Évêque ou Révérendissime Père Abbé),
  4. Les archiprêtres (Monsieur l’Archiprêtre ou Père) et
  5. les prêtres (Père).

 le diaconat comprend :

  1. l’archidiacre,
  2. le diacre,
  3. le sous-diacre,
  4. le lecteur,
  5. le chantre,
  6. le portier et
  7. l’exorciste

Article 7
La succession apostolique du Pontife Général provient directement de la lignée apostolique de Saint Pierre Apôtre et tous les évêques de l’Eglise de l’Unité auront cette succession par imposition des mains du Pontife Général ou par Mandat de sa part.
Il est le défendeur de la foi, de la doctrine sainte et des traditions apostoliques et patristiques de l’Église de l’Unité.
Il est le symbole de l’unité du Collège de ses évêques, son représentant et son porte-parole partout.
Il est l’administrateur de tous ses diocèses et le Père Spirituel de tous ses fidèles dans le monde entier.
Il est le serviteur des clercs et des laïcs.
Son nom est commémoré après celui du Pape et avant celui de l’Ordinaire du lieu dans les différentes églises durant la Liturgie et les prières canoniques.
Article 8
Le Pontife Général nomme librement les Patriarches, les métropolites, les cardinaux, les archevêques, les évêques et ses Vicaires.
Article 9
L’évêque est l’un des pasteurs de 1’Église, successeurs des Apôtres. Il est désigné par le Pontife Général. On commémore son nom dans les différentes églises après celui du Pape et du Pontife Général.
Article 10
Le prêtre administre les sacrements qui lui sont dévolus et s’occupe des questions spirituelles des fidèles dans l’église qu’il sert sous la supervision et la guidance de l’Ordinaire du lieu.
Article 11
Le diacre administre les sacrements qui lui sont dévolus et assiste le clergé dans la célébration de la liturgie.

CHAPITRE II
LE PONTIFE GÉNÉRAL DE L’ÉGLISE DE L’UNITÉ

Article 12
Le Pontife Général est le Président des Saints Synodes. Il est l’administrateur suprême de ses affaires religieuses, spirituelles et administratives, il supervise les questions religieuses, administratives et financières des diocèses, approuve leurs statuts locaux et fait vérifier leurs budgets et leurs bilans par des experts.
Article 13
Le Pontife Général est le seul qui convoque les Saints Synodes.
Article 14
Le Pontife Général préside les réunions des Saints Synodes, approuve et publie ses décrets.
Article 15
Le Pontife Général sacre les évêques conformément au Canon 1754 et charge plusieurs évêques de sacrer un évêque nommé. Il consacre le saint chrême et confère par décret aux évêques le rang de Patriarche, de Métropolite, de Cardinal et d’Archevêquee.
Article 16

  1. Le Pontife Général ratifie les accords, les actes, les conventions, les documents, les lettres qui se rapportent à des questions concernant l’Église de l’Unité.
  2. Le Pontife Général s’occupe particulièrement de toutes les relations extérieures, des liens avec les autres Églises et des conseils ecclésiastiques locaux, régionaux et internationaux. Il définit le cadre et les limites des relations avec eux. Il lui revient de déléguer ou de dépêcher auprès d’eux des représentants qui suivront ses directives.

Article 17
Le Pontife Général dépêche ses représentants dans des missions ecclésiastiques, culturelles, œcuméniques et autres.
Article 18
Le Pontife Général nomme un clerc, qu’il accrédite comme administrateur, dans les diocèses vacants ou nouvellement créés.
Article 19
S’il se rend dans un diocèse, le Pontife Général prend place sur le cathèdre de l’église ; il est suivi du Primat, de l’évêque du lieu, puis viennent le Président de la Conférence Episcopale, les Patriarches, les Métropolites, les Cardinaux, les Archevêques, les Evêques selon leur rang et l’ancienneté de leur ordination ; aucun évêque ne tient la crosse pastorale en présence du Pontife Général.
Article 20
Le Pontife Général accorde, à sa discrétion, des décorations aux personnes méritoires.
Article 21
Il revient au Pontife Général d’examiner, corriger, réviser et introduire de nouvelles obligations religieuses ; il supervise le choix des textes et leur édition et délègue des personnes de son choix pour l’exécution de ces tâches ; il a seul le droit de publier tout ce qui est lié à la foi, à la doctrine et aux rites liturgiques. Toute publication non soumise au Pontife Général est nulle et nul effet pour l’Eglise de l’Unité.
Article 22
Le Pontife Général :
a) nomme les Patriarches, les Métropolites, les cardinaux et les évêques.
b) décrète le transfert des évêques d’un diocèse à un autre.
c) accepte ou refuse la demande de démission d’un évêque.
d) modifie les frontières géographiques des diocèses.
e) constitue et décide de la création des diocèses.
f) ordonne la vente ou l’achat d’une ou de plusieurs propriétés de l’Église de l’Unité.
Article 23
Le Pontife Général s’occupe personnellement de la gestion de tous les monastères, toutes les Abbayes et les Prélatures qui relèvent de sa juridiction et des institutions de l’Église de l’Unité. Il détient seul le droit de nommer les administrateurs et les inspecteurs.

Article 24
Tous les diocèses s’acquittent de leurs dus annuels au Siège du Pontife Général à raison de 10% des revenus de leurs biens, outre la levée annuelle des quêtes selon les anciennes coutumes. De même, les abbayes, les prélatures et les monastères versent au Siège du Pontife Général une somme estimée à 20% de leurs revenus annuels et le mentionnent dans leur bilan. Une dispense est toujours possible avec l’accord du Pontife Général.
Article 25
Le Pontife Général inspecte tous les diocèses de l’Église de l’Unité et toutes les églises lorsqu’il le juge nécessaire ; il fait les remarques nécessaires, demande des comptes à l’évêque, aux prêtres aux conseils pastoraux et aux autres institutions.
Article 26
Le Pontife Général informe les Saints Synodes des activités accomplies durant la période qui s’étend entre les deux synodes.
Article 27
Le Pontife Général communique personnellement avec les chefs des Églises : Papes (Le Pape de l’Église Catholique romaine et le Pape de l’Église Copte), Patriarches, Catholicos, Métropolites, cardinaux, Archevêques, Évêques et Pasteurs.

CHAPITRE III
L’ELECTION DU PONTIFE GÉNÉRAL

Article 28
Le Siege du Pontife Général est considéré vacant dans les cas suivants:
a) décès.
b) démission ou retraite.
c) fin de mandat de sa présidence tournante.
En cas de décès du Pontife Général, ses proches collaborateurs informent le Doyen des cardinaux de l’Eglise de l’Unité.
Article 29

  1. Les cardinaux de l’Église de l’Unité se réunissent pour élire leur nouveau Chef à la majorité des deux tiers des voix. Il n’est pas tenu compte de la voix de celui qui est absent ou qui n’a pas exprimé son vote par écrit.
  2. Le Doyen des cardinaux réunit les réponses reçues et confirme leur contenu. Le nom de l’élu est immédiatement proclamé dès son acceptation. S’il est encore prêtre, il sera sacré évêque dès son acceptation par le Doyen des Cardinaux.

Article 30
Le nouveau Chef élu de l’Église de l’Unité doit déterminer le lieu dans lequel se trouve son Siège Apostolique durant le mandat de sa présidence tournante de cinq ans à compter du jour de son élection.
Article 31
Le nom du nouveau Pontife Général doit être notifié à qui de droit.
Article 32
Le nouveau Pontife Général élu peut quitter le Siège Patriarcal en cas d’urgence et quand bon lui semble. Il est à même d’apporter des changements au sein de son Siège Apostolique et ailleurs.
Article 33
Le mandat du Pontife Général est pour cinq ans non renouvelable. Chaque Eglise doit avoir droit à un Pontife Général élu de son clergé de sorte que toutes les églises puissent gouverner l’Eglise de l’Unité chacune à leur tour.
Article 34
Ne peut être candidat à l’élection d’un Pontife Général que l’évêque ou le prêtre dont la piété est reconnue, qui a fait preuve du sens de la gestion, qui possède des connaissances théologiques et littéraires et qui maîtrise au moins deux langues dont l’une est internationale. Son comportement antérieur doit attester, toute sa vie durant, d’une foi solide et d’une vie irréprochable. De même, il doit avoir mené à bien son apostolat.
Article 35
Ne peut être élu Pontife Général que celui qui a atteint ses quarante ans.
Article 36
Participent a l’élection du Pontife Général les cardinaux et le Premier Président du Tribunal Suprême ou son suppléant même s’il est prêtre ou diacre ou simple laïc (homme ou femme).
Article 37
Après la lecture des articles relatifs à l’élection du Pontife Général par le Premier Président du Tribunal Suprême ou son suppléant et l’invocation du Saint-Esprit, l’élection se déroule dans une grande discrétion sur des listes portant les noms des cardinaux nommés par le Pontife Général. L’électeur reçoit un bulletin coloré et, après en avoir accusé réception, marque visiblement le signe de la croix face au nom qu’il a choisi et dépose le bulletin dans une caisse transparente. Les bulletins ne doivent comporter le nom d’aucun cardinal qui vient d’une église mère d’un ancien Pontife Général avant la tournée complète de toutes les églises. Les bulletins sont alors comptés par le Premier Président du Tribunal Suprême ou son suppléant et le contenu des bulletins est publiquement lu une fois leur validité examinée, une liste des noms est dressée et les bulletins sont brulés après la clôture du procès-verbal. Le Premier Président du Tribunal Suprême procède à l’enregistrement des détails de ces élections dans le registre des procès-verbaux du Saint Synode.
Article 38
Le Président du Tribunal Suprême ou son suppléant demande l’acquiescement du cardinal élu Pontife Général ; s’il l’accorde, on annonce publiquement son nom. Alors, tous les cardinaux se lèvent de leurs sièges et s’inclinent en témoignage de respect au nouveau Pontife Général. Le Président du Tribunal Suprême ou son suppléant annonce alors le nom du nouveau Chef à l’assemblée des fidèles, les cloches retentissent, les prières d’actions de grâce sont lues et le Chef élu les clôture en donnant sa bénédiction.
Article 39
Si l’élu refuse, les élections seront répétées. Les prélats ne peuvent quitter le lieu prévu pour l’élection du Pontife Général avant l’élection d’un nouveau Chef.
Article 40
Si l’élu est un Patriarche, Métropolite, Archevêque, Évêque ou Prêtre, le Premier Président du Tribunal Suprême ou son suppléant se charge d’obtenir son acquiescement et, s’il y a lieu, il peut se faire assister par un interprète juré ou par l’un des cardinaux qui parle la langue maternelle de l’élu.
Article 41
Les biens meubles et immeubles qui seront acquis durant le mandat du Pontife Général de l’Église de l’Unité seront la propriété de cette Église.
Article 42
Le Doyen des cardinaux fera coïncider la date de l’intronisation du Pontife Général élu avec le dimanche qui suit son élection. Les diocèses seront informés pour assister à cette cérémonie.
Article 43
La cérémonie de l’intronisation du Pontife Général se déroule pendant la Liturgie.
Article 44
Le nouveau Pontife Général reçoit les archives et tous les effets inventoriés par l’huissier de Justice.
Article 45
Le Siege Apostolique de l’Église de l’Unité ne peut pas rester vacant sauf en cas de force majeure.
Article 46
Si le Pontife Général désire présenter sa démission avant la fin de son mandat de cinq ans, il convoque une réunion des cardinaux et il leur présente formellement sa démission par écrit, en fournissant obligatoirement les raisons. Les participants tentent de le persuader dans l’espoir de le faire revenir sur sa démission. S’il insiste, l’élection de son successeur se fera en sa présence et, de ce fait, le rôle du Premier Président du Tribunal Suprême sera alors joué par le Pontife Général démissionnaire. Si le Pontife Général arrive à la fin de son mandat de cinq ans, il jouera également le rôle du Premier Président du Tribunal Suprême lors de l’élection de son successeur.
Article 47
Lors des prières dans toutes les Églises de l’Unité du monde entier on commémorera son nom après celui du nouveau Pontife Général qui lui aura succédé.
Fait en Notre Siège Apostolique, le 22 juin 2019.

 Promulgué par nous, BENJAMIN PREMIER, Pontife Général de L’ÉGLISE DE L’UNITÉ, Métropolite de Belgique, Archevêque de Bruxelles