L’excommunication de Mgr Jean ABBOUD est une ânerie canonique commise par Mgr Edouard DAHER et est crue par des personnes crédules et nulles en droit ecclésiastique

L’excommunication latæ sententiæ est réservée uniquement au Siège apostolique de l’Eglise catholique romaine.


Mgr Edouard DAHER, jeune évêque de Tripoli au Nord-Liban a cru pouvoir usurper le pouvoir papal et subtiliser le pouvoir du Siège Apostolique.

Ni Edouard DAHER, ni l’ex Patriarche Grec-Melkite-Catholique, ni aucun autre évêque de l’Eglise catholique n’est autorisé à rendre un décret d’excommunication pour cause d’ordination épiscopale.

Ce genre d’excommunication est réservée uniquement au Siège Apostolique de l’Eglise Catholique romaine et peut avoir effet sur les évêques incardinés dans l’église catholique.

D’après les dispositions du canon 1382 du Code de Droit canonique de l’Eglise catholique romaine : « l’Évêque qui, sans mandat pontifical, consacre quelqu’un Évêque, et de même celui qui reçoit la consécration de cet Évêque encourent l’excommunication ‘latae sententiae’ réservée au Siège Apostolique ».

Le Décret d’excommunication de Mgr Lefebvre a été rendu, à la demande du Saint Pape Jean Paul II, par le Siège Apostolique de l’Eglise Catholique Romaine (et non par l’évêque de Tripoli) le 1er JUILLET 1988 dont détail :

Le Saint Pape Jean-Paul II

Mgr Marcel Lefevre

« Mgr Marcel Lefebvre, archevêque-évêque émérite de Tulle, ayant -malgré l’avertissement formel du 17 juin dernier et les interventions répétées lui demandant de renoncer à son intention- accompli un acte de nature schismatique en procédant à la consécration épiscopale de quatre évêques, sans mandat pontifical et contre la volonté du Souverain Pontife, il encourt la peine prévue par le canon 1364 §1 et par le canon 1382 du Code de Droit canonique.
Je déclare à tous que les effets juridiques en sont les suivants : d’une part Mgr Marcel Lefebvre, d’autre part Bernard Fellay, Bernard Tissier de Mallerais, Richard Williamson et Alfonso de Galaretta ont encouru ipso facto l’excommunication latæ sententiæ réservée au Siège apostolique.


Je déclare en outre que Mgr Antonio de Castro Mayer, évêque émérite de Campos, ayant participé directement à la célébration liturgique comme consécrateur, et ayant publiquement adhéré à l’acte schismatique, a encouru l’excommunication latæ sententiæ prévue par le canon 1364 §1.
Nous avertissons les prêtres et les fidèles de ne pas adhérer au schisme de Mgr lefebvre, car ils encourraient ipso facto la peine très grave de l’excommunication.


De la Congrégation pour les Evêques, 1er juillet 1988. † Bernardin Cardinal GANTIN, Préfet ».

Il est important de préciser que, seul le Siège Apostolique de l’Eglise catholique romaine est à même de rendre un décret d’excommunication conforme aux dispositions du canon 1382 du Code de Droit canonique de l’Eglise Catholique Romaine.

L’ex Patriarche de l’Eglise Grecque-Melkite-Catholique, Sa Béatitude Grégoire III, a été limogé par Sa Sainteté le Pape François.

Après avoir été limogé à nouveau par le nouveau Patriarche élu de l’Eglise Grecque-Melkite-Catholique, Sa Béatitude Joseph ABSI, l’ex Patriarche Grégoire III a reconnu publiquement son limogeage par le Siège Apostolique.

Patriarche Joseph ABSI

Mgr Edouard DAHER, a donc usurpé le pouvoir du Siège Apostolique au mois d’août 2015 pour excommunier un Archevêque incardiné depuis le 24 avril 2015 au Patriarcat de l’Eglise Orthodoxe des Nations.


Il est à rappeler aux lecteurs de cet article que le premier canon du Code de Droit Canonique est libellé :

  • pour l’Eglise catholique romaine comme suit : « les canons du présent Code concernent seulement l’Église latine » et,
  • pour les Eglises catholiques orientales « les canons du présent Code concernent toutes les Eglises orientales catholiques et elles seules ».

Il est à rappeler également que dans l’Église catholique et l’Église orthodoxe, l’incardination (du latin cardin-, la charnière) est le statut par lequel un clerc (diacre ou prêtre) est juridiquement rattaché (c’est-à-dire : « incardiné ») à une église particulière et que l’incardination est l’expression juridique de la communion théologale d’un clerc avec le chef de l’église qui l’a appelé à la servir.

Mgr Edouard DAHER n’avait donc aucun pouvoir sur Mgr Jean ABBOUD, Archevêque de Bruxelles et Premier Président du Tribunal Suprême de l’Eglise de l’Unité depuis son incardination susmentionnée du 24 avril 2015.

Sa Sainteté Nicolas Premier, Patriarche Orthodoxe des Nations et Mgr Jean ABBOUD au Tribunal Suprême de Bruxelles

L’excommunication dont il parle cet évêque Edourd DAHER est nulle, de nul effet et ne repose sur aucun fondement canonique.

Il s’agit purement et simplement d’une ânerie juridique commise par un nul en Droit canonique qui a usurpé le pouvoir du Pape François et violé les canons 1 et le canon 1382 du Code de Droit Canonique de l’Eglise Catholique Romaine.