Michel et Florian SAFFROY ont fabriqué des faux documents pour tromper le Président du Tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan et viennent d’être épinglés par les procès-verbaux des constats d’huissier qui ont mis en évidence la fabrication des courriels et l’invention des personnes fictives pour faire condamner Mgr Jean ABBOUD

Monsieur Michel SAFFROY a été renvoyé par le magistrat d’instruction, Madame Solenne MOTYL devant le Tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan pour vol avec effraction (cf. Cote D239, pages 126 à 131) sur fondement d’un réquisitoire définitif de Monsieur Récappé, ancien procureur de la République au Tribunal de Grande Instance de Mont-de-Marsan (cf. Cote D239, pages 132 à 135).

Monsieur Michel SAFFROY et son fils Florian SAFFROY ont trompé le Tribunal correctionnel pour faire obstacle à l’ordonnance de renvoi de Michel SAFFROY devant le Tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan (cf. affaire Kérivois ; N° Parquet : 13077000055 et N° du dossier : JICABJ1213000013).

Pour ce faire, Florian SAFFROY s’est déguisé en une personne fictive dénommée Sabine BLAZY.

En effet, le 27 novembre 2014 à 12 : 07, Monsieur Florian SAFFROY (sous le nom de Sabine BLAZY) écrit à son père en ces termes : « Il faut me faire confiance, je vais vous aider. Où se trouvent les affaires prétendument volées ? J’attends votre réponse ! Restez calme et priez ! Votre bien dévouée. Sabine (cf. pièce 19, Cote D234 pages 11, 43 et 44 du dossier de l’instruction référencé en entête de la première page).

Le 27 novembre 2014 à 13 : 00, Monsieur Michel SAFFROY répond à son fils Florian (pensant qu’il s’agit de la vraie Sabine BLAZY) ce qui suit : « Chère Madame, Merci pour votre soutien et ce que vous pourrez faire afin de me tirer de ce piège. Les affaires de ma locataire ont été entreposées, ainsi que je l’ai déclaré au juge d’instruction, dans un garage situé au pied du même immeuble que l’appartement. La porte de son appartement a été défoncée le 18 Décembre 2008… De ce fait l’appartement est resté ouvert jusqu’en mai 2009, lorsque j’ai fait poser une nouvelle porte (la facture de l’artisan a été remise au juge d’instruction). Je reste dans la prière et vous fais confiance. Recevez chère Madame, l’expression de mes sentiments reconnaissants. (Michel S.) P.S. : Je vous ai transmis copie de l’ordonnance de la cour d’appel de Pau rejetant mon appel. Je pense que cette ordonnance est fondée et vous remercie de bien vouloir me signaler vos remarques si vous êtes d’un avis contraire » (cf. pièce 20, Cote D234 pages 12, 45 et 46).

Le 27 novembre 2014 à 13 : 25, Florian SAFFROY (toujours sous le nom de Sabine) commande son père avec autorité et fermeté en ces termes : « Cher Monsieur, J’ai eu un long entretien avec un juge ami qui habite à Dax. Suite à cet appel, Je vous ordonne de mettre en état propre les affaires de cette femme et de bien les ranger. Ensuite, vous faites appel à un huissier de justice pour faire un constat en énumérant les affaires l’une après l’autre et de me faire parvenir une copie du constat. Il faut bien expliquer à l’huissier les raisons pour lesquelles vous faites ce constat afin qu’il puisse vous aider. Votre bien dévouée Sabine » (cf. pièce 21, Cote D234 pages 12 et 47).

Le 27 novembre 2014 à 15:07, Monsieur Michel SAFFROY s’adresse à son fils Florian en ces termes : « Chère Madame, Je vous adresse ci-joint copie du projet de lettre que vous m’avez demandé et vous remercie très sincèrement pour votre aide et votre fidélité. Cordialement. Michel S » (cf. pièce 22, Cote D234 pages 12 et 48).

Le 28 novembre 2014 à 16:41, Florian SAFFROY répond à son père ce qui suit : « Cher Monsieur, Je suis satisfaite de constater que vous ayez pris rendez-vous chez un huissier le lundi 1er décembre afin d’établir un constat par lequel il sera dressé la liste des affaires de cette personne. Il faut que vous vous présentiez en votre qualité de gérant de la SCI ADEN et demander à l’huissier d’annexer, en premier lieu au constat le bail signé entre les parties. Dès la réception du constat, vous me faites parvenir une copie par courriel et vous attendez mes instructions. Votre bien dévouée Sabine BLAZY » (cf. pièce 23, Cote D234 pages 12, 49 et 50).

Le 14 décembre 2014 à 14:11, Monsieur Michel SAFFROY s’adresse à son fils Florian (toujours Sabine BLAZY) en ces termes : « Chère Madame, Je vous adresse en pièces jointes :

– PV de constat faisant l’inventaire des meubles et effets personnels de Mme Kérivois, ancienne locataire partie sans laisser d’adresse,

 – copie du bail d’habitation conclu par la SCI Aden – et non M. Saffroy – avec Mme Kérivois.

Je reste dans l’attente de vos instructions et vous remercie très sincèrement pour votre assistance.

Recevez, Chère Madame, l’assurance de mes salutations les plus cordiales. M. Saffroy » (cf. pièce 24, Cote D234 pages 13, 51 à 64).

Le 14 décembre 2014 à 19:01, Monsieur Florian SAFFROY (Sabine BLAZY) ordonne à son père ce qu’il doit encore faire en lui précisant ce qui suit : « Cher Monsieur, Vous devez dresser au nom de votre entreprise un inventaire antidaté qui reprend le même inventaire mais pas de la même façon. (Carton 4 à la place du carton 7 et ainsi de suite). Il faut l’écrire à la main sur des papiers à entête de l’entreprise. La date de votre inventaire doit être celle du placement des affaires dans la cave. Après la rédaction de votre inventaire vous revenez vers moi avec une copie, Votre bien dévouée Sabine » (cf. Cote D234 pages 13, 65 et 66).

Le 23 décembre 2014 à 18:52, Monsieur Florian SAFFROY (Sabine BLAZY) prétend avoir à nouveau une conversation téléphonique avec son ami juge et insiste sur la rédaction manuscrite et antidatée de l’inventaire : « Cher Monsieur, Je viens d’avoir un appel téléphonique de mon ami juge qui habite Dax. Il m’a parlé de vous et de l’évolution de votre affaire. Je lui ai répondu que le constat d’huissier est fait et que vous allez rapidement m’envoyer le descriptif transcrit par l’entreprise des objets de votre ancienne locataire. L’avez-vous rédigé (cf. Cote D234 pages 13, 67 et 68) ? »

Le 24 décembre 2014, Monsieur Michel SAFFROY s’adresse à son fils Florian (Sabine BLAZY) en ces termes : « Chère Madame, En réponse à votre message d’hier je vous adresse ci-joint l’inventaire réalisé, en avril 2009, par la SCI Aden. Je vous remercie à nouveau, ainsi que votre ami juge de Dax, pour ce qui pourra être fait dans cette affaire. Comme vous le savez c’est le tribunal de Mont de Marsan (40) qui est compétent (cf. pièce 27, Cote D234 pages 14 et 69 à 79) ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *